Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash



A travers la Capitale
 L'AUTRICHE

A travers la Capitale Autrichienne
Il est 13h30.
Nous décidons de continuer notre visite à pied, en métro ou en tramway.
La Sécession : Salle d'exposition des artistes de l'Art Nouveau, construite en 1897 sur les plans de l'architecte Joseph Olbrich. Les artistes engagés de l'époque se détournèrent définitivement, à Vienne de l'académisme traditionnel et des "ismes" en général. La coupole en bronze recouverte de feuilles de laurier dorées coiffe les éléments rectangulaires de ce temple de l'art. Le mouvement artistique "Jugendstil" se voulait un style novateur opposé à l'Historisme. VER SACRUM : le printemps sacré. La devise "Au temps son art, à l'art sa liberté" était sans cesse rappelée à ses adversaires.
Fresque de Beethoven, Eglise St. Charles Borromée

Fresque de Beethoven de Gustav Klimt peinte en 1902. Détail représentant une interprétation de la neuvième symphonie de Beethoven de "l'Ode à la Joie". "Le Chevalier armé" symbolise la recherche du bonheur qui se réalise dans l'amour humain (. . . ce baiser au monde entier)
Nous arrivons devant l'Eglise Saint-Charles Borromée
Construite en 1716-1738 l'initiative de l'Empereur Charles VI en signe d'action de grâce après l'extinction de la peste de 1713. Sommet de l'art baroque classique autrichien. L'architecte prit pour modèle la basilique Saint-Pierre du Vatican et, pour les colonnes, celles d'Hadrien et de Trajan du forum romain. Elles représentent, en relief, la vie du patron de l'église Saint-Charles Borromée.

L'Académie de Musique, l'Ambassade de France ...











D'après les renseignements d'une jeune Viennoise, le Conservatoire National de musique ne devrait pas être très loin : Il s'agit en fait de l'Académie du théâtre et de l'Université de la musique.
Plusieurs personnes accompagnent leurs enfants (sans doute pour un cours de musique). . . nous les suivons ...
Au 4e étage, de l'immeuble la porte de la Salle Mozart s'ouvre, nous entrons comme des habitués ... nous nous installons près des autres parents d'élèves et nous assistons à un cours de chant pour enfants ... la méthode est surprenante et intéressante.
Nous regagnons l'accueil au rez-de-chaussée pour demander des renseignements au sujet des échanges avec des conservatoires de Musique étrangers, mais là, pas d'hôtesse, pas de secrétaire, nous nous adressons au gardien qui ne semble pas comprendre l'objet de notre visite.. Découragés, nous relevons l'adresse de l'Académie et continuons notre visite.
Ici, l'Ambassade de France
Sur la Place Schwarzenberg, nous nous arrêtons un instant devant la statue de Karl Philipp (1771-1820). Général autrichien il commanda les armées coalisées à Leipzig en 1813 et lors de la campagne de France de 1814.

Nous avons beaucoup marché, il fait froid, nous entrons nous réchauffer un moment dans l'un des plus célèbres grand café de Vienne, sur le Ring : "Le Schwarzenberg". J'ai commandé un "Thé Earl Grey", et Daniel une "Gösser Gold". Nous avons beaucoup apprécié cette chaude ambiance viennoise ; les Viennois sont ouverts, hospitaliers et sympathiques.
Grande Manifestation à Stephansplatz
Puis nous décidons d'admirer à nouveau toutes ces merveilles en tramway; à Vienne, le tram circule uniquement sur le Ring (le périphérique viennois). Deux passagères se mêlent à notre conversation nous ayant entendus parler Français. Il est vrai que Vienne est très cosmopolite. Tout à coup le tram s'arrête.. nous apprenons qu'il ne fera qu'un demi-tour de Ring en raison d'une importante manifestation près de "Stephankirche" (la cathédrale St-Etienne). Alors nous continuons en métro. En quittant la station "Stephan-splatz" une marée humaine nous entraîne malgré nous sur "Stephan-splatz" ou se déroule une importante manifestation contre le rascisme.

Nous observons cette foule qui s'agite et grandit au fil des minutes. Nous assistons là à un événement politique important.

Puis, nous regagnons l'hôtel Metternich afin de nous délasser un peu avant notre soirée à Grinzing. Vers 19h30 nous nous dirigeons, en métro puis en tramway vers les curieuses tavernes de Grinzing.
Grinzing, L'heurigen "Hauemandl", Le Maître d'hôtel

Vienne est entourée de villages viticoles, célèbres pour leurs Heurigen. Les Heurigen sont des tavernes qui servent le vin nouveau appelé Heuriger et sont soumises à des dates d'ouverture réglementées. Rattaché en 1892 à la ville de Vienne, Grinzing a parmi tous les endroits où l'on peu goûter le vin nouveau à Vienne le mieux conservé son cachet de petit bourg vignoble. Le centre très pittoresque remonte, à quelques exceptions près, aux 16e et 17e siècles.
Bien que désormais englobé dans la ville, Grinzing a su conserver son caractère de village vigneron traditionnel qui s'anime à la tombée du soleil lorsque les citadins viennent sacrifier à la tradition du vin nouveau.
L'heurigen : "Hauermandl" (Le bon vigneron) dans laquelle nous avions réservé pour un dîner copieux, dans un décor chaleureux. Des musiciens, pour nous être agréables, nous ont accompagnés durant toute la soirée Nous avons apprécié "l'Heuriger" – ce bon vin qui réjouit le cœur de l'homme.

Après ce ravissement nous décidons de terminer la soirée à la discothèque de l'établissement. Pour y accéder nous devons traverser trois bars de styles différents. Dans le troisième, nous avons dû goûter à nouveau "l'heureger qui rend heureux" ...

Il est 23h30, nous regagnons le "Metternich" pour une nuit de repos bien mérité.



A travers la Capitale