Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash



De Beethoven à Mozart
 L'AUTRICHE

Maison de Beethoven, Maison Hendertwasser, Usine d'incinération



9h30 : petit déjeûner
10h15 : départ en direction de Nussdorf pour visiter la Maison de Beethoven dans la Probusgasse.







Beethoven habita cette maison en 1802 en raison des sources chaudes à proximité; c'est ici qu'il fit son "testament de Heiligenstadt".
Depuis le métro de la ligne U6 nous apercevons d'étranges immeubles tels que la maison Hendertwasser érigée en 1983-85 dans le cadre des logements sociaux d'après les idées et les plans du peintre Friedensreich Hendertwasser. Concept de construction visant à stimuler la sensibilité et l'esprit créatif de l'homme. Ce nouvel habitat dit écologique fut visité par des milliers de viennois juste avant son achèvement
L'usine d'incinération de déchets servant au chauffge urbain de Spittelau décorée en 1988-92 sur les plans de Maître Friedensreich Hendertwasser dont on peut voir la casquette sur le toit. On y brûle un tiers des ordures ménagères annuelles de la ville (250.000 tonnes). Selon une technique très moderne de filtres, de l'eau y est chauffée et sert au chauffage des immeubles voisins. La tour de contrôle se trouve à 100 mètres de hauteur dans le globe doré décoré de plaques d'émail.

Le Danube, Le Musikverein, La salle dorée

















Nous traversons le Danube à Florisdorf Puis nous rebroussons chemin par la ligne U4 jusqu'au centre de Vienne et obstinés,
nous continuons notre tour inachevé du Ring.
Nous passons devant le Musikverein : Bâtiment de la société des amis de la musique – point de mire de la vie musicale viennoise. C'est aussi la "maison" de l'orchestre philharmonique de Vienne dont le Concert du nouvel an est retransmis dans de nombreux pays. Des musiciens, venus du monde entier y jouent sous le regard des caryatides dorées et vantent avec le public l'acoustique inégalée de la salle. La salle dorée construite en 1870 a une capacité de 2000 personnes.
Son plafond à caissons représente Apollon et les neuf muses. Aussi, nous ne manquerons pas le fameux concert en direct à la télévision le 1er Janvier prochain ! ! .

Les Orgues de la salle dorée, La Statue de Strauss fils dans le Stadtpark

Son orgue est l'un des plus grands d'Europe (100 registres, 7500 tuyaux).
La "Société des Amis de la Musique" (fondée en 1817) possède une grande collection illustrant l'histoire de la musique comme des autographes, des notes, des instruments de musique et des souvenirs d'une grande valeur
Un peu plus loin nous nous arrêtons devant le Stadtpark, parc municipal ou de nombreux Viennois célèbres y sont immortalisés tels que Strauss fils (1825-1899) d'Edmund Hellmer (1921) qui place la statue du violoniste, roi de la valse, devant une foule de groupies. Son père, déjà, enthousiasmait les viennois au son de ses valses et marches (marche Radetzky). Contre la volonté de son père (mais avec l'appui maternel) le jeune Strauss étudia la musique et fit par la suite concur-rence à son père avec son propre orchestre. Au début, il ne composa que de la musique de danse, puis, à partir de 1870 doit son inspiration créatrice à l'opérette. Le Beau Danube Bleu et la chauve-souris sont ses œuvres les plus célèbres. L'arc du monument exprime de façon impressionnante la joie et l'enthousiasme qui soulevaient son public à l'écoute de sa musique, non seulement à Vienne mais encore dans le monde entier.

La Rathaus (Hôtel de Ville)
Il est 13h00, le Tram-way nous dépose devant l'Hôtel de Ville "la Rathaus".Le siège du maire fut construit de 1872 à 1883 selon les plans de Fredrich Schmidt en style néo-gothique.

Elu par les viennois comme emblème, le "Rathausmann" (homme de l'Hôtel de ville), haut de 3,4m est perché sur la pointe de la tour centrale.
L'Hôtel de ville est déjà paré pour les fêtes de Noël, les fenêtres représentent le calendrier de l'Avent.
Devant la Rathaus, nous entrons dans le célèbre marché de Noël avec ses petits chalets de bois si bien décorés et illuminés.



Pour nous réchauffer nous pouvons boire du punch ou du vin chaud et manger des marrons chauds ou des "patates grillées". A l'intérieur de la Rathauss, des animations pour les enfants, un immense salon de thé aménagé pour l'occasion, de la musique viennoise et un Concert pour l'inauguration du lancement des festivités de fin d'année.
Il est 14h00, après s'être restaurés nous partons en direction du Prater pour admirer la fameuse Grande roue viennoise "Riesenrad".
Le Prater

Joseph II ouvrit en 1766 le terrain de chasse impérial situé entre les deux bras du Danube et appelé "Praterauen" à la foule de ses sujets. A proximité de la ville, ce domaine fut apprécié par les viennois comme espace de loisirs. Des cafés, bistrots cafés dansants et échoppes ne manquèrent pas de s'y installer et formèrent le "Wurstelprater" (Prater populaire) avec de nombreuses distractions pour tous les âges. C'est en 1840 que Basilio Calafati mit en service son célèbre Carrousel "Chez le grand Chinois", "Wurstel", le guignol du théâtre de marionnettes devint le héros de nombreuses aventures terrifiantes.
La Grande roue de Vienne
La stucture métallique de la roue.
Vue depuis notre cabine

Nous arrivons au Praterstern, le grand carrefour devant La Grande Roue (Reisenrad), emblème de la capitale fédérale. Elle fut construite en 1897 par l'ingénieur anglais Walter B. Basset. Et fut détruite pendant les derniers jours de la guerre 1945 ; toutes les cabines et l'installation de service furent détruites. Une version moderne du Wurstelprater fut reconstruite : le train de taille lilliputienne assure la liaison entre la Grande Roue et le stade du Prater.
Et déjà un an après sa destruction, la Grande Roue tournait à nouveau autour de son essieu d'une longueur de plus de 10 m et d'un diamètre de 50 cm. Le diamètre de la roue est de 61 m, son point culminant est à 64,75 m. La construction y compris les 120 rayons pèse 430,05 tonnes
Nous prenons 2 tickets pour admirer le panorama célèbre de Vienne qui se déroule maintenant sous nos yeux, à bord de nos cabines qui tournent paisiblement.

Le parc du Danube, La cité de l'ONU, La tour du Danube

En se dirigeant vers Nussdorf, ce matin, nous avons aperçu en bordure du Danube, le grand centre international de Vienne et la tour du Danube. Intrigués nous y retournons :
Le Centre International de Vienne (Siège de plusieurs organisations des Nations Unies) et le Centre de Conférences d'Autriche.
A gauche, le Reichsbrücke, pont sur le nouveau Danube – canal de délestage – et le bras principal du Danube.
En bas, à gauche : le Vieux Danube (bras isolé du Danube), A droite : le Parc du Danube.
La Cité de L'ONU :
Vienne devint en 1979 le troisième siège des Nations Unies après New York et Genève. Le Centre international de Vienne, une construction impressionnante en verre et en béton armé, fut construit en 1973-1979 selon les plans de Johann Staber. Là travaillent 3800 employés de l'ONU de plus de 100 pays différents. Après avoir obtenu son indépendance, l'Au-triche devint membre de l'ONU en 1955.
Depuis 1957, Vienne est le siège principal de l'AIEA (Agence Internationale pour l'Energie Atomique) et de l'ONUDI (Organisation des Nations Unies pour le Développement industriel).
Nous marchons à travers ces immeubles imposants en direction du Parc du Danube (Donaupark).
Le plan de ce parc, avec ses étangs et ses massifs floraux, d'une superficie d'un kilomètre carré, fut tracé entre le vieux et le nouveau Danube à l'occasion de la foire internationale d'horticulture à Vienne en 1964. Aujourd'hui il sert d'espace de loisirs proche de la ville.
La tour du Danube (Donauturm), au milieu du parc attire notre regard. Haute de 252 m, elle fut bâtie sous la direction de Hannes Lintl et Robert Krapfenbauer. Un ascenseur nous mène en quelques secondes à la terrasse panoramique (165 m). Dessous se trouvent un restaurant et un café tournant d'où nous avons une vue fantastique sur Vienne.

Le Sacher Café, L'Orangerie du Château de Schönbrunn










Nous retournons sur le Ring en direction de l'Opéra, puis le Sacher café :
Nous ne pouvons quitter vienne sans avoir honoré notre invitation au Sacher, Maison de grande tradition, construite de 1874 à 1876.
Nous sommes attendus pour le Thé entre 16h00 et 17h00.
Un serveur nous accompagne à notre table, à droite de la cheminée, sous le portrait de François-Joseph II.
Nous choisissons inévitablement la "sachertorte" (gâteau au chocolat) excellente spécialité réputée de Vienne. Nous sommes aussi tentés par "l'apfelstrude" (chausson aux pommes) et le "milchrahmstrudel" (gâteau fourré au fromage blanc). Un café, un thé, un peu de repos ...
Ainsi nous retenons notre souffle dans cet endroit majestueux ou de nombreux personnages historiques nous ont précédés.
Il est 18h00, le moment de rentrer à l'hôtel afin de préparer notre dernière belle soirée à Vienne :
Le Grand Concert à l'Orangerie du Château de Schönbrunn.
19h30, nous partons ...
Nous voici devant l'Orangerie du Château :
Nous vivons des moments inoubliables, Schönbrunn le soir, c'est féérique !
Nous sommes impatients d'entrer à l'intérieur ...

Le Grand Concert à l'Orangerie

Au printemps 1997 a été fondé le premier orchestre privé du château de Schönbrunn à Vienne. L'objectif initial était de faire découvrir au public l'œuvre de Morzart et de Strauss, interprétées à un très haut niveau artistique. Tous les musiciens choisis pour cet orchestre sont des virtuoses extrêmement talentueux. L'ensemble se compose de 18 jeunes artistes, aussi motivés que doués, qui ont auparavant joué pour divers orchestre et dans divers salles de concerts en Autriche.
Des chanteurs de célébrité internationale interprètent avec beaucoup de sensibilité quelques-uns des airs et des duos les plus célèbres des deux génies de la musique.
Un couple de danseurs enchante le public avec une ravissante chorégraphie. La splendeur de l'Orangerie et la beauté des mélodies nous sont transportés dans une merveilleuse soirée à Vienne

les danseurs :
Michael et Eva MOZA
Tous les musiciens ont été, en outre, formés dans des conservatoires de renommée internationale.

Leur programme est renouvelé régulièrement pour nous offrir la qualité et la diversité.

Avec tout son enthousiasme, son talent et ses compétences l'orchestre nous a fait passer une soirée agréable et ...


... INOUBLIABLE !!!



De Beethoven à Mozart